Vers un Web décentralisé

Bonjour à tous et à toutes, bande de geeks!

Le partage. La base même de l’Internet. Cette notion peut être aussi familière à certains qu’elle n’en fais rager d’autres. Le partage signifie beaucoup de choses: Gratuité, entraide, développement, et j’en passe.

Les Torrents en sont la preuve vivante. Ce système de partage de fichiers est totalement basé sur ses utilisateurs. C’est eux qui alimentent le réseau, et qui en hébergent son contenu.

Ce qui fait le malheur des uns, fait le bonheur des autres.

L’industrie de la musique, du cinéma, du jeu-video… Tous ces secteurs sont affectés par ce nouveau mode de partage.

À l’époque, on gravait des disques de musique pour se les échanger entre amis. Aujourd’hui, on partage un Torrent contenant des Gigaoctets de contenu multimédia à la terre entière. Cette évolution fait ainsi le malheur des personnes vivants grâce à ce contenu, mais fait le bonheur des pirates.

Comme tous les utilisateurs possédants les fichiers les partagent à leur tour sur le réseau Torrent, il est très dur d’intercepter le trafic, et de retracer les Seeders (ou “Partageurs” en Français).

Et si on utilisait cette méthode pour les sites Web?

En utilisant un tel système, les sites internet n’auraient plus besoin de serveurs pour s’héberger. Ils seraient en vie grâce aux utilisateurs l’ayant consulté. Prometteur n’est-ce pas?

Michal Spicka, développeur Tchèque s’est penché sur le sujet et à décider d’entamer le projet Web2Web.

Le principe est très simple: Créer un Web Peer-to-Peer.

Web2Web n’est pas le seul, ni le premier système de ce genre. Contrairement à ZeroNet et aux autres réseaux similaires, Web2Web fonctionne sur n’importe quel navigateur web moderne. Cette promesse ouvre donc de nouvelles portes vers un nouveau type d’internet.

Un internet où les utilisateurs auraient le pouvoir. Où tout le monde participerai à ce beau projet. Où tout le monde serait acteur de ce mouvement solidaire.

Alors, utopie ou réalité?

Le projet est bien pensé, a l’air réalisable et a une bonne philosophie. Mais qu’en est-il de la réalité?

Sur le réseau Torrent, les utilisateurs sont libres de choisir si ils veulent laisser les fichiers téléchargés en partage ou non. Ceux qui laissent en partage participent alors à l’équilibre du réseau. Les autres en revanche sont considérés comme des Leechers (ou “Radins” en français).

Les Leechers sont hélas une plaie omniprésente dans le système. Et on ne peut rien y faire, si ce n’est que d’instaurer des Tracker de partage. Les Tracker permettent, comme leur nom l’indique, de traquer les flux d’échanges de données Torrents, et ainsi dénoncer les utilisateurs radins.

Si ce phénomène existe dans le partage de fichiers, il en sera sûrement de même sur le web. Logique. Comme Web2Web semble être plutôt ouvert, des mesures de modérations devront être mises en place.

Le mauvais côté d’Internet.

Si on commence à ne plus faire confiance aux utilisateurs, à mettre en place des règles, des Tracker, et autres, le réseau perd une partie de son utilité. Mais sans ces mesures, ce rêve tournera vite au cauchemar. Les seuls utilisateurs hébergeant les sites se verront débordés par les Leechers, et abandonneront vite. D’un autre côté, si le système est trop strict, personne ne s’y intéressera sur le long terme. Il y a donc encore un équilibre qui reste à trouver.

Et la sécurité dans tout ça?

*me crack les doigts* (jeu de mots astucieux compte tenu du contexte)

Encore une dimension très importante à prendre en compte: La sécurité. Le développeur de Web2Web assure son réseau comme étant “sécurisé” et “protégeant l’identité des créateurs de sites”. *Rires forcés des spectateurs*

Comme tout système, il ne peut être infaillible. Les plus ingénieux utilisateurs de Web2Web trouveront vite un moyen de nuire à l’identité des créateurs de sites, ou de nuire directement au site lui-même! On pourrait d’ailleurs imaginer un type d’attaque reprenant le principe du XSS, mais qui infecterait les utilisateurs partageant le site.

Moins utopique tout d’un coup…

Conclusion

Je pense qu’il faut d’abord laisser mûrir le projet. Ne pas se précipiter au risque de provoquer une réelle catastrophe. La confiance n’est pas une chose très répandue sur Internet, et c’est normal. Maintenant, il faut si faire et s’adapter, sans pour autant abandonner.

Et vous, que pensez-vous de tout ça? Le web réussira à devenir décentralisé? Ou est-ce voué à l’échec?

Merci pour votre lecture, si cet article vous a plu n’hésitez pas à me le dire et à le partager. Je vous donne rendez-vous au prochain article, en attendant: Stay Tuned! 🙂

1 commentaire sur “Vers un Web décentralisé”

  1. Ping : ZeroNet : L'internet de demain • Foxty

Laisser un commentaire